aide médicale, psychologique, sociale et juridique

Avortement

En pratique

Dernière modification : 10 septembre 2017

Si vous êtes enceinte et que vous pensez vouloir interrompre votre grossesse, prenez rendez-vous sur place ou par téléphone. Exprimez clairement qu’il s’agit d’une demande d’IVG. Vous serez écoutée en toute confidentialité, les travailleurs de l’accueil étant tenus également au secret professionnel.

Si vous êtes en ordre de mutuelle, prévoyez 4 vignettes et votre carte d’identité.

Si vous n’êtes pas en ordre ou en situation irrégulière sur le territoire belge, parlez-en à l’équipe qui vous recevra. Pour les étrangers en séjour illégal, l’AMU (Aide Médicale Urgente) peut être demandée, elle nécessite cependant un contact avec le CPAS de votre commune.

Nous vous demandons de confirmer votre premier rendez-vous en téléphonant la veille entre 11h et 16h ; si ce n’est pas fait, il se peut qu’il soit annulé et donné à une autre patiente.

D’autre part, si vous avez besoin d’un rendez-vous rapidement, vous pouvez appeler tous les jours entre 16h et 18H30 afin de savoir si un rendez-vous du lendemain n’a pas été confirmé. Si c’est le cas, une place pourrait être disponible.

Lors du premier rendez-vous, vous rencontrerez un(e) accueillant(e) (psychologue, conseiller conjugal, sexologue...). Le but de cet entretien est de vous permettre (à vous ou votre couple), si vous en éprouvez le besoin, de vous exprimer librement, en confiance, auprès d’une personne attentive qui vous aidera à y voir plus clair. L’accueillant(e) pourra également vous donner les informations juridiques et sociales nécessaires. Il n’est pas question de vous juger, ni de prendre une décision à votre place. Ce premier entretien permet aussi de faire le point sur la contraception, et si nécessaire de passer en revue les différentes méthodes contraceptives pour en trouver une qui vous convienne. Lors de ce premier contact, on vous expliquera aussi le déroulement des deux méthodes d’avortement afin de déjà voir avec vous quelle méthode pourrait le mieux vous convenir. Si votre décision n’est pas mûre, vous pourrez revoir l’accueillant(e) lors d’un deuxième accueil pour en reparler.

Vous verrez ensuite un médecin. Il effectuera un examen gynécologique et d’éventuels examens complémentaires. Une échographie aura lieu et cela afin de déterminer l’âge exact de la grossesse. Le médecin s’assurera de l’absence de contre-indications et pourra aussi vous donner des explications supplémentaires sur les deux méthodes abortives. La méthode d’intervention sera déterminée à la fin de ce premier rendez-vous. Elle dépendra de l’âge de la grossesse, de votre histoire médicale et de votre contexte de vie actuel. Le médecin fixera avec vous les rendez-vous suivants.

Entre le premier contact avec le centre et le jour de l’avortement, la loi prévoit un délai d’une semaine, appelé « semaine de réflexion ».

Les deux méthodes abortives :

La méthode médicamenteuse : Une semaine après le premier rendez-vous, vous prendrez, en présence du médecin, un médicament (la mifégyne) qui a pour effet d’arrêter le développement de la grossesse. Deux jours après, vous reviendrez au centre prendre des comprimés de prostaglandyne (cytotec), qui provoquent une fausse couche. Ce jour-là, vous resterez dans nos locaux pendant environ 5 heures maximum sous surveillance du médecin et d’un(e) accueillant(e). Dans 25% des cas, la fausse couche n’a pas lieu au centre mais plus tard dans la soirée chez vous ; si c’est le cas, vous serez en contact téléphonique avec le médecin et un rendez-vous le lendemain sera fixé pour un contrôle échographique. Attention, la méthode médicamenteuse n’est applicable que pour des grossesses très jeunes, la prise de la mifégyne doit avoir lieu au plus tard à 7 semaines d’absence de règles. Pour bénéficier de cette méthode, il faut donc être à 6 semaines d’aménorrhée (absence de règles) maximum lors du premier rendez-vous. La pilule abortive s’avère être une très bonne alternative à l’intervention chirurgicale ; cependant il a été démontré qu’elle est inefficace dans 1,5 % des cas.

La méthode chirurgicale : Une semaine après le premier rendez-vous, vous retrouverez la même équipe : le médecin et l’accueillant(e). Celui( celle )-ci restera près de vous pendant l’intervention, afin de vous mettre à l’aise et si nécessaire de vous aider à vous détendre. Vous pourrez également être accompagnée par une personne de votre choix. Après avoir confirmé votre décision, l’intervention pourra débuter. Le médecin procédera à une anesthésie locale du col de l’utérus ; anesthésie qui diminue fortement la sensation de douleur mais ne la supprime pas toujours totalement (les sensations s’apparentent souvent à celles des règles douloureuses pendant quelques minutes). La dilatation du col de l’utérus permettra l’introduction d’une sonde et l’aspiration du contenu de l’utérus (raisons pour lesquelles cette méthode est aussi appélée méthode par "aspiration"). L’intervention durera plus ou moins 20 minutes (anesthésie comprise) mais vous devrez rester minimum 15 minutes au centre par précaution et pour vous reposer. Contrairement à la méthode médicamenteuse, celle-ci ne peut se pratiquer qu’à partir de 7 semaines d’absences de règles, elle est cependant sûre à 100 %.

Le rendez-vous de contrôle : Après l’IVG, il vous sera demandé de respecter quelques règles d’hygiène (c’est-à-dire ne rien introduire dans le vagin pendant deux semaines) afin de d’éviter tout risque d’infection. Peu importe la méthode pour laquelle vous avez opté, il est impératif de revenir voir le médecin deux semaines après l’avortement pour une visite de contrôle. Lors de ce dernier entretien, le médecin vérifiera que tout se passe bien pour vous, qu’il n’y a notamment pas de signes d’infection, et fera le point avec vous concernant votre contraception. Par la suite, vous pourrez également rencontrer l’accueillant(e) si vous ressentez le besoin ou l’envie de parler.

RQ : aucune demande de RDV par internet ne sera prise en compte !

Mots-clés : Avortement , IVG

retour vers le haut

Tel : 02 512 13 14 - info@freeclinic.be

NEWSLETTER

NEWS

18 juin 2020

Le rapport d’activités 2019 est disponible !

Le rapport d'activités 2019 est disponible via ce lien

11 juin 2020

Newsletter Juin 2020

Qui veut réduire son loyer sans se mettre hors-la-loi ?

14 mai 2020

Newsletter mai 2020

La Free Clinic, centre de crise à travers la pandémie. Et au-delà ?