aide médicale, psychologique, sociale et juridique

Newsletter

Free Clinic NEWS N°9 - Juin 2018

Dernière modification : 15 juin 2018

Depuis quelques étés nous proposons à la FREE CLINIC un stand et des rencontres "trucs et astuces pour passer de bonne vacances en préservant sa santé"

Nous abordons différents thèmes : peau et soleil, piqures d’insectes, hydratation, pollutions sonores et festivals...

De par les demandes et expériences passées nous souhaitions vous partager deux articles : un sur la question des tiques et un second sur la peau et le soleil afin d’avoir les bons reflexes pour se protéger.
Quels gestes, et quels produits choisir pour éviter les perturbateurs endocriniens....?
Quelques produits naturels efficaces contre les piqures d’insectes, les jambes lourdes....

Morsure de tique et maladie de Lyme (borréliose), ce qu’il faut savoir

En cas de morsure, la tique doit donc être rapidement enlevée, à l’aide d’un tire-tiques (disponible en pharmacie) ou d’une pince à épiler (attention de ne pas couper la tête) :
• Saisissez la bête au plus près de la peau
• Tirez-la en la faisant pivoter dans le sens inverse des aiguilles d’une montre, dans le sens de l’axe de son corps (perpendiculairement à votre peau), afin qu’aucune partie de l’animal ne reste accrochée.
• Une loupe est parfois utile pour réaliser ce geste.
• Il est déconseillé d’écraser le corps de la tique ou d’appliquer tout produit (éther, alcool, vaseline, essence, etc.) qui risquerait de faire régurgiter la tique et ainsi d’accroître les risques d’infection (la tique "vomit" ses bactéries sous la peau de l’hôte).
• Une fois la tique extraite, appliquer soigneusement un désinfectant sur la zone.

1) Comment attrape-t-on la maladie de Lyme ?
Par la morsure d’une tique du complexe Ixodes ricinus infectée par une des bactéries responsables de la borréliose de Lyme : essentiellement B. afzelii, B. garinii, B spielmanii, B. bavariensis et B. burgdorferi sensu stricto, cette dernière étant surtout rencontrée aux USA.
• En Belgique environ 10 % des tiques sont infectées
• Après une morsure de tique, le risque de développer la maladie de Lyme est d’environ 1 et 2 %
2) Dans quelles régions faut-il faire particulièrement attention ?
En Belgique, la maladie de Lyme est plus fréquente dans la province du Brabant Flamand, en Campine et dans les Ardennes.
3) Quels sont les symptômes ?
Dans les 3 à 30 jours après la morsure : apparition d’une tâche rouge typique qui grandit de jour en jour, parfois avec un centre plus clair (érythème migrant). A ne pas confondre avec la réaction à la morsure de tique, apparaissant en général dans les 2 jours après la morsure, faisant moins de 5 cm avec des bords mal délimités et ne grandissant pas.
Dans 10-30% des cas, il y a aussi un peu de fièvre et des douleurs musculaires.
Dans les semaines/mois qui suivent la morsure (<6 mois) : maux de tête avec parfois de la fièvre, paralysie (visage ou autre partie du corps), douleurs nocturnes ou faiblesses localisées.
Plus de trois mois après la morsure : douleur et gonflement articulaire persistante, le plus souvent d’un genou.
Plus de 6 mois après la morsure : paralysies, surdité.
Ces manifestations peuvent survenir isolément. Il ne s’agit pas d’une cascade de symptômes/signes cliniques qui vont d’office se succéder.
Attention, on ne peut pas considérer la fatigue et des plaintes de douleur isolées comme une manifestation de neuro-borréliose tardive.
En fonction des régions, jusque 20% de la population peut avoir une sérologie positive (présence d’anticorps dans le sang) pour la borréliose, sans symptômes (et même jusqu’à 50% pour les métiers à risque comme garde-forestier, bûcheron). Une sérologie positive en l’absence de symptômes caractéristiques décrits ci-dessus n’est pas indicative d’une infection active. Un traitement antibiotique ne sera donc jamais proposé sur base d’une seule sérologie positive.
Certains patients, pour lesquels un diagnostic de borréliose a été posé et qui ont été correctement traités, gardent néanmoins des symptômes après traitement. Dans un bon nombre de cas, il s’agit de plaintes aspécifiques telles que de la fatigue, des douleurs musculosquelettiques, des troubles de concentration, des céphalées et des troubles mnésiques.
Des études de bonne qualité ont été menées sur ‘intérêt des traitements par antibiotiques prolongés ou répétés dans ce tableau clinique : il n’y a aucune évidence démontrant le bénéfice de ce type de traitement, qui expose le patient à un risque de toxicité, d’effets secondaires et de sélection de bactéries résistantes.
4) Comment diagnostique-t-on la maladie ?
Le diagnostic au stade précoce est basé sur l’examen médical.
Au-delà de cette période le diagnostic se fera sur base d’une prise de sang : mesure des anticorps et confirmation par une PCR (technique qui amplifie l’ADN de la bactérie).
5) Quels sont les traitements à administrer ?
Pas de traitement pour une sérologie positive sans symptôme.
Le traitement de premier choix est la doxycycline (antibiotique) pour une durée de 10j à maximum 28j.

Exposition au soleil et mélanome (cancer de la peau)

Dans une grande majorité de cas, un cancer cutané apparaît suite à une exposition excessive aux rayons ultraviolets naturels (soleil) ou artificiels (solariums, bancs solaires, lampes à ultraviolets).
• Un bébé de moins d’un an ne doit jamais rester au soleil. Gardez-le toujours à l’ombre et assurez-vous qu’il est bien protégé par un chapeau à larges bords et des vêtements (en tissu serré).
• Les enfants et les adolescents sont particulièrement sensibles, donnez-leur l’exemple en vous tenant à l’ombre, même sur la plage (parasols, chapeaux à larges bords…)
• Couvrez-vous si vous devez rester longtemps au soleil. Les vêtements de couleur sombre assurent une meilleure protection.
• Évitez l’exposition au soleil entre 12 heures et 16 heures l’été car l’intensité des rayons est alors maximale.
• Choisissez des endroits ombragés pour les activités extérieures.
• Limitez la durée d’exposition au soleil : plus elle est courte, plus la peau peut reconstruire ses défenses entre deux expositions. Mais n’oubliez pas que c’est la durée cumulée qui présente un danger.
• Méfiez-vous des circonstances comportant un risque supplémentaire ou une fausse sécurité : vent frais, couverture nuageuse faible, sol réfléchissant (neige, sable, eau), altitude.
• Appliquez généreusement un produit de protection solaire adapté à votre type de peau (phototype) avant l’exposition et recommencez ensuite toutes les trois à quatre heures et après chaque baignade, même s’il s’agit d’une crème dite « résistante » à l’eau. Gardez à l’esprit qu’une crème à indice de protection solaire haute ou très haute ne permet pas une exposition plus longue.

Cosmétiques et perturbateurs endocriniens : que dois-je lire sur les étiquettes de mes cosmétiques ?

Article écrit par Kenza Fdil, infirmière en santé communautaire
Source : BarbierduVimont, Rigaber (2007), « Cosmétique : du pire au meilleur », 124p.

Les éléments à éviter :
• Polyéthylèneglycol
Sur les étiquettes : PEG (polyéthylènes glycols), PPG (propylène glycol) et « polyglycéryl + chiffre »
Action : émulsifiant  stabilise le mélange.
Dangerosité : cancérigène, utilisé dans la fabrication des gaz de combat !
• BHT, BHA, EDTA
Sur les étiquettes : buthylhydroxytoluène, buthyldroxyanisanole, Etidronic Acid.
Action : conservateurs, chélateurs  stabilisent le mélange, permettent la conservation du produit.
Dangerosité : cancérigènes et non-biodégradables.
• Parabènes
Sur les étiquettes : ils se terminent par le mot –paraben ou –zoate.
Action : conservateurs
Dangerosité : cancérigènes, dérèglement hormonal (oestrogènes)
• Ethers de glycol
Etiquettes : représentés par les lettres EG ou contiennent les mots –éthyl –propyl et –glycol
Action : solvants, conservateurs.
Dangerosité : toxiques, irritants, infertilité, traversent la barrière cutanée (surtout si la peau est humide)
• Formaldéhyde
Etiquettes : ! Il n’est mentionné que s’il dépasse les 0,05% ! Quanterniul-15
Action : conservateur puissant, antibactérien, durcisseur
Dangerosité : cancérigène.
• Nitrosamines (MEA, TEA, DEA)
Etiquettes : padimate-O (produit solaire), pronopol et ceux qui contiennent le mot –amide ou –amine.
Action : tensioactifs, conservateurs
Dangerosité : cancérigène
• Les sels d’aluminium
Etiquette : triclosane ou terme + aluminium (sulfate d’aluminium, aluminium chloride, etc.) SAUF oxyde et hydroxyde
d’aluminium naturels.
Action : bouchent les pores et empêchent la sueur de s’écouler  destruction des glandes sudoripares, dangereux pour le cerveau.
Dangerosité : favorise la maladie d’Alzheimer, cancérigène, freine la croissance des organes reproducteurs chez l’animal.
• Les composants volatils
Etiquette : COV, DMAE (diméthylaminoéthanol)
Action : parfum
Dangerosité : destruction de certaines cellules, allergies respiratoires, …
• Quats et polyquats
Etiquette : quaternium + chiffre
Action : antiseptiques, antistatiques, rendent le produit plus adhérent (ex. : cheveux)
Dangerosité : irritant pour la peau, possible action cancérigène.
• Colorants (fard à paupière, rouge à lèvres, etc.)
Etiquette : Cl + chiffres
Action : colorants, améliorent l’aspect d’un produit
Dangerosité : Proviennent du goudron, de la pétrochimie ! Traversent la peau, lésion du foie, cancérigène, allergies.
• Alpha Hydroxy Acid
Etiquette : AHA
Action : exfoliant
Dangerosité : attaque la barrière protectrice de la peau  dommages à long terme.
• Les huiles minérales
Etiquettes : parafin, petrolatum, ceresine, ozokerite, cera microcristallina
Action : adoucit le produit, donne du liant au produit, …
Dangerosité : bouche les pores, piège les déchets et entrave la respiration cutanée
• Silicones
Etiquettes : dimethicome et tous les mots terminant par -one, -cone ou -xane
Action : base pour les émulsions
Dangerosité : pas dangereux pour la santé, mais très polluants pour l’environnement
• Sulfates
Etiquette : SLS (sodium lauryl sulfate), SLES ( sodium laureth sulfate)
Action : tensionactif
Dangerosité : SLS  toxique pour les yeux, problèmes cardiaques/foie, SLES  cancérigène
• Autres :
bentonite, talc, dioxine, benzophénone (filtre chimique à UV )
les mots se terminant par –eth.

Les RENCONTRES de la Free Clinic - Juillet - Août 2018

RAPPEL : Vendredi 22 JUIN 10h –12h !!

GROUPE de PARTAGE pour mamans solos 2h pour partager vos difficultés, vos trucs et astuces. Retour ligne automatique
Animation : Isabelle Lafarge, Aude Delmas, Nicole Durrenmatt Retour ligne automatique
Enfants admis jusque 2 ans

> sur inscription à l’accueil ou mail : aude.delmas@freeclinic.be

JUILLET

  • Mercredi 04 Juillet de 11h à 13h

Découverte Mindfulness
> Inscription à l’accueil ou par mail aude.delmas@freeclinic.be

  • Mardi 10 Juillet de 10h à 11h30

Mindfulness : atelier maintien de la pratique uniquement pour les personnes qui ont suivi un cycle de 8 semaines à la FREE CLINIC ou ailleurs.

> Inscription à l’accueil ou par mail aude.delmas@freeclinic.be

  • Vendredi 13 juillet

10h - 13h : Atelier Cuisine Eté n°1
Venez découvrir des trucs et astuces pour faire de nos fruits et légumes d’été un délice… + confection d’un goûter de saison à partager lors de la marche découverte à laquelle vous êtes conviés à la suite de cet étalier.... (Cf. détail ci dessous)
L’atelier est animé par Rencontre des Continents asbl dans la cuisine du Belgomarkt
RDV à la FREE CLINIC à 9h45

13 h30 - 16h : Marche à la découverte d’un potager urbain et collectif
Cette marche fera suite à l’atelier cuisine été Ouverte à tous et toutes
RDV à la FREE CLINIC à 13h15

AOÛT

  • Vendredi 3 Août de 13h à 15h

Découverte Pilates - En plein air

  • Vendredi 10 Août

10h - 13h : Atelier Cuisine Eté n°2
Venez découvrir des trucs et astuces pour faire de nos fruits et légumes d’été un délice…
L’atelier est animé par Rencontre des Continents asbl dans la cuisine du Belgomarkt
RDV à la FREE CLINIC à 9h45

Pour toute information complémentaire sur nos activités rendez-vous sur notre site www.freeclinic.be

Liens utiles :

retour vers le haut

Tel : 02 512 13 14 - info@freeclinic.be

NEWSLETTER